Parler l’espagnol

 

Deuxième langue parlée dans le monde, l’espagnol reste pour les Français assez simple à apprendre. Une même origine latine, des structures de phrases similaires, des mots qui sonnent familièrement à l’oreille pour peu que votre interlocuteur s’applique à les prononcer distinctement… en peu de temps vous devriez maîtriser les arcanes de la langue de Cervantès si vous ne les possédez déjà.

Comme c’est un atout majeur d’intégration, n’hésitez pas à prendre quelques cours au préalable en France ou sur place. Voici quelques sites pour vous guider :

En parallèle, vous pouvez aussi avant votre départ conforter vos connaissances en anglais, langue devenue désormais incontournable dans nombre d’entreprises ou dans le cadre des études.

 

— Espagnol ou castillan ? —

La différence entre les deux relève plus d’un débat entre linguistes. Néanmoins, officiellement, au royaume d’Espagne on parle le castillan ! C’est l’une des plus anciennes langues vulgaires d’Europe (par opposition au latin), attestée comme telle dès le Moyen Âge dans le royaume de Castille et qui s’est fixée assez vite : il est aisé pour un Espagnol un tant soit peu cultivé de lire des œuvres du XVIe siècle, ce qui est loin d’être le cas en français. La communauté hispanophone partage, quant à elle, une langue commune, l’espagnol, indépendamment des variantes qui peuvent exister entre les pays d’Amérique latine et l’Espagne.

 

— Des langues régionales —

Ce serait faire injure aux habitants de la péninsule Ibérique d’ignorer les langues régionales, qui pour certaines sont parlées par un grand nombre de personnes. C’est notamment le cas pour :

– le catalan (en Catalogne, dans la Communauté de Valence, aux Baléares, dans une petite partie de l’Aragon, en Andorre, dans le Roussillon français, à Alguer en Sardaigne – soit plus de 10 millions de locuteurs) ;

– le galicien ou galego, proche du portugais (en Galice, dans une partie des Asturies et du Léon, dans certains endroits d’Argentine, d’Uruguay et du Venezuela – soit environ 3 millions de locuteurs) ;

– l’asturien (principalement dans les Asturies et dans le Léon – soit environ 600 000 locuteurs) ;

– le basque (au Pays basque des deux côtés des Pyrénées, en Navarre – soit environ 750 000 locuteurs).

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour bénéficier d’une expérience utilisateur optimale. plus d'information

Les paramètres de cookies de ce site Web sont configurés sur "autoriser les cookies" pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer